Actualités

UN ÉVÉNEMENT SANS PRÉCÉDENT À LA CHAIRE DE RECHERCHE SUR LES ASPECTS SOCIAUX SUR LE SANG

23 novembre 2012

Par Marianne Boire | Université INRS 


© Institut national de la recherche scientifique, 2012 / Tous droits réservés / Photos © Christian Fleury

Malgré les campagnes de sensibilisation et toutes les collectes organisées aux quatre coins de la province, à peine 3 % des Québécois daignent se déplacer pour faire don de leur sang. Pourquoi une telle indifférence? Les travaux menés par les membres de la Chaire de recherche sur les aspects sociaux du don de sang du Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS, fondée en 2009 dans le cadre d’un partenariat avec Héma-Québec, ont permis d’identifier certains facteurs culturels et sociaux qui influencent  la décision de partager son fluide vital ou non. Trois ans plus tard, la directrice de la chaire, la professeure Johanne Charbonneau, se réjouit du chemin accompli et déborde de nouveaux projets pour l’avenir. Retour sur une aventure scientifique des plus originales.

Johanne Charbonneau trépigne d’impatience cet automne. La raison? La chaire de recherche qu’elle dirige sera l’hôte, en décembre, d’un atelier sur le don de sang qui réunira une trentaine de chercheurs provenant de divers pays. Si la taille de ce rassemblement peut sembler modeste, il faut savoir qu’il s’agit là d’un évènement sans précédent puisque la plupart de ces scientifiques n’ont jamais eu l’occasion de se rencontrer et de partager leurs connaissances. « Les colloques internationaux sur les transfusions sanguines se concentrent habituellement sur les aspects médicaux et cliniques, explique Johanne Charbonneau, et à peine 1 % des participants proviennent des sciences sociales. C’est donc très difficile d’y rencontrer des chercheurs qui s’intéressent aux mêmes thèmes que nous. » Financé à la fois par la chaire et le Conseil de recherches en sciences humaines, cet atelier constitue ni plus ni moins que l’assise d’un réseau de chercheurs en sciences sociales qui abordent le don de sang du point de vue humain, et non médical. Johanne Charbonneau se souvient d’ailleurs qu’elle avait été très étonnée, lors de ses premières études exploratoires sur les aspects sociaux du don de sang, de constater qu’il n’existait aucun réseau de recherche international sur cette thématique, et surtout aucun autre groupe de recherche semblable. Pour cette scientifique chevronnée, forte de 20 ans d’expérience en sciences sociales, c’était du jamais vu! (...) Lire l'article complet



Retour à la salle de presse
Don en ligne

Pour l'avancement de la recherche à l'INRS
Pour faire un don

Galerie multimédia

Visionnez nos photos et vidéos
Voir les photos et vidéos

NOTRE AVENIR COMMENCE ICI. MAINTENANT.

Face aux nombreuses menacent qui nous guettent, chercheurs de l'INRS et donateurs se mobilisent pour le mieux-être de notre société
Voir le vidéo