Actualités

Un diplômé de l'INRS commercialise des produits pharmaceutiques destinés aux enfants.

11 septembre 2013

Benoît Hébert, membre du conseil d'administration de la Fondation, diplômé de l'INRS et coprésident du Réseau INRS  commercialise des produits pharmaceutiques destinés aux enfants. Une niche unique au Canada ! Son credo? Donner un second souffle à des produits peu valorisés par les grandes entreprises pharmaceutiques.


Source : Université INRS | Par Bruno Geoffroy 

« On a une responsabilité de redonner à l’université ce que l’on a reçu d’elle », me glisse sans détour Benoît Hébert, diplômé du doctorat en virologie et immunologie il y a 15 ans à l'Institut Armand-Frappier, devenu depuis le Centre INRS–Institut Armand Frappier. Le quarantenaire affable a le sens de la formule. Courte, efficace, sensée. De l’engagement aussi. Dans le travail comme dans la vie associative. Membre du conseil d’administration de la Fondation universitaire Armand-Frappier de l’INRS et coprésident du Réseau INRS, l’actuel vice-président développement des affaires et acquisition de produits sous licence chez Pediapharm ne manque pas une occasion de s’investir dans son alma mater.

Pediapharm? Ce nom vous dit peut-être vaguement quelque chose, ou alors pas du tout. Mais parlez-en à un pédiatre et la réponse risque fort d’être différente. Mise sur pied en 2007, l’entreprise québécoise évolue dans une niche unique au Canada : la commercialisation de spécialités pharmaceutiques destinées aux enfants.

Avec ses vingt employés, l’entreprise voit grand et couvre tout le pays grâce à une équipe de quatorze représentants formés en pédiatrie. Son credo? Donner un second souffle à des produits peu valorisés par les grandes entreprises pharmaceutiques au détriment des produits vedettes et les rentabiliser, à grand renfort d’une promotion efficace et ciblée.

D’abord consultant pour Pediapharm, Benoît Hébert y œuvre à plein temps depuis 2009. Aujourd’hui, l’homme troque les chapeaux à qui mieux mieux. Il analyse les occasions d’affaires, gère les partenariats pharmaceutiques et cultive ses relations quotidiennes avec les médecins pour valider, entre autres, l’intérêt clinique de ses futurs produits. Le tout en gardant un œil sur les aspects réglementaires et l’approvisionnement. « Un pied dans le business, un pied dans la science », résume-t-il.

Donner au suivant

Travailler dans le domaine pharmaceutique s’est fait assez naturellement pour lui. En 1997, une entreprise pharmaceutique américaine contacte le laboratoire où il fait son doctorat en virologie. « Elle était aux prises avec une contamination virale de ses produits et recherchait des experts. Seuls cinq labos dans le monde possédaient l’expertise à l’époque, et mon labo en faisait partie », se souvient le coprésident du Réseau INRS, qui plonge alors tête première dans l’aventure. Pour le meilleur, comme en témoigne son parcours professionnel.

Son passage à l’INRS aurait pu lui ouvrir les portes de la recherche universitaire. C’est vrai. Or, des études postdoctorales à l’Université Purdue aux États-Unis lui montrent la voie à suivre… entre deux champs de maïs de l’Indiana. Le bonheur est dans le pré. À Montréal en fait. À son retour, il mène de front sa carrière naissante en valorisation des technologies chez Inno-Centre et ses études au MBA de l’UQAM  en gestion des bio-industries, pendant lesquelles il côtoie Sylvain Chrétien, l’actuel PDG de Pediapharm. À sa sortie, Benoît Hébert maîtrise l’art de marier science et commerce.

Et si son parcours à l’INRS l’aide à comprendre les scientifiques et à adopter leur langage, Benoît Hébert pointe un autre legs de l’institution : la rigueur, entre celle que lui demandait Édouard Potworowski, un de ses professeurs de maîtrise, aujourd’hui professeur émérite de l’INRS. « Ses exigences en matière de communication de travaux étaient très élevées », se souvient Benoît Hébert.

Suffisamment, en tout cas, pour influencer la façon claire et détaillée de présenter sa compagnie et ses produits à ses partenaires ou ses clients. C’est aux côtés du professeur Peter Tijssen, pendant son doctorat, qu’il peaufinera ses compétences en résolution de problèmes. Selon lui, l’implication profonde des professeurs dans la recherche et la transmission du savoir, l’essence même de l’INRS, a un impact considérable sur la qualité de la formation reçue.

Son statut d’étudiant-chercheur aura eu d’autres effets bénéfiques : « Cela m’a permis de développer de nombreux contacts lors de mes collaborations à des projets internationaux. Très tôt dans mon parcours étudiant, j’ai dû passer outre des barrières de langue ou de culture », explique Benoît Hébert. Une belle formation sociale. Une formation à l’ouverture scientifique et à son brassage des idées. Des traits distinctifs de l’INRS.

Déployer le Réseau INRS

« Comme toutes les associations de diplômés, le grand défi sera de continuer à rassembler les nôtres en dehors d’évènements annuels comme les retrouvailles », précise le coprésident Hébert. Pour cela, il compte sur l’attachement, la nostalgie et, pourquoi pas, la curiosité. Qui n’a pas envie de savoir ce qu’est devenu un ancien collègue? Qui résisterait à l’envie de découvrir qui est au tableau d’honneur d’un bulletin d'information destiné aux diplômés?

« Pour garder la trace de nos jeunes diplômés et aller chercher les plus anciens, il faut d’abord bâtir un réseau virtuel solide constitué de leurs profils, explique Benoît Hébert. Notre groupe LinkedIn servira à cela. » Une manière de rapprocher les gens, de les conscientiser sur l’importance d’élargir leur carnet de connaissances et de les informer.

« Cela vaut pour les étudiants de l’INRS, qui font également partie du Réseau. À travers lui, ils auront la possibilité de rencontrer ou de discuter facilement avec des personnes de l’industrie ou du milieu universitaire qui pourront les aiguiller dans leur parcours et peut-être leur ouvrir des portes pour un emploi », indique Benoît Hébert. Une façon de donner au suivant? Plutôt un juste retour des choses, selon lui. ?

Pediapharm

Le Réseau INRS sur LinkedIn

La page LinkedIn de Benoît Hébert


« Un diplômé commercialise des produits pharmaceutiques destinés aux enfants : Benoît Hébert, homme d'affaires, de cœur et de terrain » de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en contactant la rédaction en chef. © Institut national de la recherche scientifique, 2013 / Tous droits réservés / Photos © Christian Fleury



Retour à la salle de presse
Don en ligne

Pour l'avancement de la recherche à l'INRS
Pour faire un don

Galerie multimédia

Visionnez nos photos et vidéos
Voir les photos et vidéos

NOTRE AVENIR COMMENCE ICI. MAINTENANT.

Face aux nombreuses menacent qui nous guettent, chercheurs de l'INRS et donateurs se mobilisent pour le mieux-être de notre société
Voir le vidéo